Journée mondiale de la santé bucco-dentaire : une bouche saine, un corps sain.

on .

      A l’occasion de la Journée Mondiale de la Santé Bucco-dentaire

qui a été célébré le 20 mars 2017, l’Union Française pour la Santé Bucco-dentaire  (UFSBD) a rappelé qu’une personne ne peut se déclarer en bonne santé, si la bouche ne l'est pas. En effet, certaines pathologies favorisent l’apparition de maladies bucco-dentaires qui peuvent inversement avoir des conséquences sur l'organisme.  
L'Organisation mondiale de la santé caractérise la santé bucco-dentaire "par l’absence de douleur buccale ou faciale, de cancer buccal ou pharyngé, d’infection ou de lésion buccale, de parodontopathie (affection touchant les gencives), de déchaussement et perte de dents,et d’autres maladies et troubles qui limitent la capacité de mordre, mâcher,sourire et parler d'une personne, et donc son bien-être psychosocial". Car au-delà d'une bouche propre et saine, la santé bucco-dentaire est essentielle pour l’état général et la qualité de la vie.Seulement l'enquête "UFSBD/Pierre Fabre Oral Care" réalisée à l'occasion de cet événement montre que près de la moitié des Français (46%) méconnait le lien entre santé bucco-dentaire et santé globale. Ainsi, 27% des sondés se déclarent en bonne santé générale alors qu’ils ne sont pas en bonne santé bucco-dentaire.                                                                     
Les maladies bucco-dentaires les plus courantes sont les caries, les parodontopathies (ou maladies parodontales), le cancer buccal, les maladies infectieuses bucco-dentaires, les traumatismes liés à des blessures et les lésions congénitales. Elles constituent les principales causes de la perte de dents mais peuvent aussi avoir des répercussions dans d’autres parties du corps et favoriser l’apparition, la progression ou la gravité de certaines maladies générales. A ce sujet, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) rappelle que la parodontite, une maladie qui correspond à une perte progressive de l’os alvéolaire autour des dents, pourrait être associée à un risque de maladies cardiovasculaires, de maladies broncho-pulmonaires, mais aussi de maladies chroniques (déséquilibre du diabète, obésité). "Les hypothèses reposent sur le passage dans la circulation sanguine de bactéries et de molécules de l’inflammation capables d’entretenir ou d’engendrer un processus inflammatoire à distance de la cavité buccale", explique l'institut.
L'UFSBD rappelle quant à elle qu'il a été prouvé que le risque d’accouchement prématuré est trois fois plus élevé chez une femme enceinte atteinte de parodontite. La grossesse est d'ailleurs une période sensible pour la santé bucco-dentaire puisque les changements hormonaux qui y sont liés peuvent affecter la bouche et certaines femmes développent notamment une pathologie spécifique connue sous le nom de "gingivite de grossesse" .C'est pourquoi l'organisme leur recommande de continuer à consulter un dentiste pour réaliser des examens de contrôle ainsi qu’un détartrage. Un conseil qui s'applique aussi à la population en général puisque la bouche est un véritable miroir de la santé globale et un simple coup d'œil d'un médecin permet par exemple de détecter les premiers symptômes de maladies comme le diabète ou le VIH/sida.

Copyright © 2014 Programme National du Développement de l'Activité Pharmaceutique - Tous droits réservés