Fièvre Lassa : L’OMS lance l’alerte au Bénin, au Togo et au Burkina Faso

on .

L’organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de confirmer la présence de la FIEVRE LASSA

dans trois pays d’Afrique del’Ouest, à savoir le Bénin, le Togo et le Burkina Faso. Quelques jours plus tôt, les autorités sanitaires de ces pays avaient fait état de la présence du virus sur leurs territoires respectifs, et annoncé avoir déjà enregistré des décès.
Au Bénin, le premier cas positif à la fièvre Lassa a été confirmé le 20 février dernier, par le ministère de la Santé.
Il s’agit d’une Togolaise enceinte, qui a été admise à l’hôpital du district de Tchaourou, à proximité de la frontière
nigériane. La patience, testée positive, est décédée à la suite d’un accouchement par césarienne. Son conjoint, selon les
autorités béninoise, avait « quitté le centre hospitalier avec le nouveau-né, sans avertir personne Le bébé a été testé
positif à la fièvre Lassa et a été pris en charge». rapporte l’OMS, qui ajoute qu’au total, «68 contacts sont suivis au
Bénin et 29 au Togo, en relation avec la femme enceinte et le nouveau-né».
Le ministre togolais de la Santé, Moustapha Mijiyawa a également confirmé la présence du virus sur le territoire. «Trois personnes sont infectées par la fièvre de Lassa et 50 autres, qui ont côtoyé les malades, sont sous étroite observation »

D’après l’OMS, le Burkina Faso a également signalé un cas de fièvre Lassa. Il s’agit d’une femme enceinte
,successivement hospitalisée au Burkina Faso et à Mango, au Togo, où elle décéda le 3 mars dernier. «L’analyse des
échantillons de la femme enceinte à l’Institut National d’Hygiène de Lomé, a été positif pour la fièvre de Lassa»,
rapporte l’OMS.L’organisation met donc en alerte ces trois pays et entend aider les autorités locales à prendre les
mesures appropriées, «afin d’éviter une épidémie à grande échelle».


Bon  à savoir : La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale aiguë d’une durée d’une à quatre semaines qui
sévit en Afrique occidentale. Le virus de Lassa se transmet à l’homme par contact avec des aliments ou des articles
ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs. La transmission interhumaine et en laboratoire se produit
également, en particulier dans les hôpitaux où les mesures de prévention et de lutte anti-infectieuse laissent à désirer.
La fièvre de Lassa est endémique au Bénin, au Ghana, en Guinée, au Libéria, au Mali, en Sierra Leone et au Nigéria,
mais elle est sans doute présente aussi dans d’autres pays d’Afrique occidentale.

Copyright © 2014 Programme National du Développement de l'Activité Pharmaceutique - Tous droits réservés